Saint-Bernard - Ain

logo du site
  • Saint-Bernard - Ain
  • Saint-Bernard - Ain
  • Saint-Bernard - Ain
  • Saint-Bernard - Ain
  • Saint-Bernard - Ain
  • Saint-Bernard - Ain
  • Saint-Bernard - Ain
  • Saint-Bernard - Ain
  • Saint-Bernard - Ain
  • Saint-Bernard - Ain
  • Saint-Bernard - Ain
  • Saint-Bernard - Ain
  • Saint-Bernard - Ain
  • Saint-Bernard - Ain
  • Saint-Bernard - Ain
  • Saint-Bernard - Ain
  • Saint-Bernard - Ain
  • Saint-Bernard - Ain
  • Saint-Bernard - Ain
  • Saint-Bernard - Ain
  • Saint-Bernard - Ain
  • Saint-Bernard - Ain
  • Saint-Bernard - Ain

Accueil du site > Pages Annexes > La Dombes vivante

La Dombes vivante

Dans le cadre de l’exposition "La Dombes », la Bibliothèque municipale invitait les Spinosiens à une conférence débat ce dimanche 18 novembre 2012 salle Chabrier :

Maurice Benmergui, ornithologue passionné, et chargé de mission à l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage, nous honorait de sa participation, point d’orgue de l’exposition sur la Dombes en cet automne.

La biodiversité actuelle de la Dombes, son équilibre et ses enjeux environnementaux formaient la trame de la conférence. Bruno Balaÿ, maire de SAINT-BERNARD offrait un lot au participant qui signalerait un nom d’oiseau trois fois nommé par notre invité et conférencier.

Cette « Dombes vivante et naturaliste », Maurice Benmergui choisissait de nous en parler autour d’un diaporama aléatoire d’images sublimes de sa diversité.

En introduction, nous découvrions comment cette surface en forme de tôle ondulée s’était façonnée sous l’action de divers moteurs, à commencer par les dernières glaciations ; puis sous l’impulsion de l’intervention humaine au cours des huit derniers siècles et durant lesquels le milieu allait se transformer, pour aboutir à ce miroir éclaté constitué de nos jours de plus de mille quatre cents étangs organisés en réseaux , en "chaînes".

Sol ingrat, terre d’invasion, la Dombes sut s’adapter à ses faibles ressources ; une étape fut franchie avec à partir du XVIème siècle la banalisation de la coutume de Villars qui conférait le droit d’inonder les propriétés voisines à qui pouvait retenir l’eau chez lui.

Captivant son auditoire, M Benmergui nous entrainait ensuite dans les chamboulements du siècle précédent et plus particulièrement au lendemain de la seconde guerre mondiale : reconstruction physique et sociale, progrès technologiques, besoins alimentaires augmentés. S’ensuit la mise en œuvre de politiques et de directives successives : remembrement, Politique Agricole Commune, qui allaient considérablement modifier notre Environnement et chambouler localement un millénaire d’équilibres "naturels "subtils.

Par des mouvements rappelant le vol du cygne, par le son qu’émet un Butor étoilé …le discours s’étoffait autour des oiseaux et autres petits habitants de la Dombes.

Nous rappelant comment, à l’affut en fin de nuits, dans le ventre de l’étang, assailli par les sangsues, il attendait le jour poindre qui allait autoriser la première photo, Maurice Benmergui nous immergeait dans ce monde quasiment inconnu de nous tous, pourtant résidents de proximité. Des noms d’oiseaux par dizaines tels Colvert, Chipeau, Souchet, Fuligule Morillon, Blongios nain et autres Guifette, Foulque ou Rousserolle…des noms d’étangs Grand Birieux, Praillebard, Nattet…des noms d’espèces végétales des prairies ou de ce qu‘il en reste, ou côtoyant les roselières.

Studieusement, l’auditoire découvrait alors les profondeurs et la complexité des interactions dans l’intense vie engendrée par ce milieu. Il fût aussi question de l’effondrement de certaines espèces…et de l’émergence de nouvelles : une biodiversité toujours dynamique certes avec ce premier constat si trompeur : plus d’espèces apparaissent en Dombes qu’il n’en disparait réellement - c’est évidemment le contraire à l’échelle globale ! En fait, la plupart des espèces régressent en Dombes au fur et à mesure de la banalisation et de la dégradation des habitats dits "naturels", et ce au profit de quelques autres, opportunistes, qui monopolisent l’attention à l’échelon local. Avec cette précision : bien avant des évolutions d’ordre climatologique, réglementaire, c’est bien notre intervention sur le milieu qui a l’impact le plus élevé sur notre faune et notre flore.

La Dombes est donc bien en souffrance. Mais ce qui mérite d’être préservé, et qui constitue encore pour un temps indéfini, mais compté, une source de diversité exceptionnelle, peut trouver sa pérennisation sur la voie encore gestative vers un Parc Naturel Régional de Dombes, dont certaines perspectives sont évoquées en conclusion.

Par cette intervention forte et les échanges qui suivirent , invitation nous était donnée de re-découvrir autrement cette Dombes désormais en devenir sur place mais aussi à la bibliothèque avec de nombreux ouvrages dont le livre « Dombes d’Hommes et d’Oiseaux » que signe Maurice Benmergui.

PDF - 149.9 ko
Dans la presse

Separatif2



Site réalisé en SPIP pour l'AMRF