Saint-Bernard - Ain

logo du site
  • Saint-Bernard - Ain
  • Saint-Bernard - Ain
  • Saint-Bernard - Ain
  • Saint-Bernard - Ain
  • Saint-Bernard - Ain
  • Saint-Bernard - Ain
  • Saint-Bernard - Ain
  • Saint-Bernard - Ain
  • Saint-Bernard - Ain
  • Saint-Bernard - Ain
  • Saint-Bernard - Ain
  • Saint-Bernard - Ain
  • Saint-Bernard - Ain
  • Saint-Bernard - Ain
  • Saint-Bernard - Ain
  • Saint-Bernard - Ain
  • Saint-Bernard - Ain
  • Saint-Bernard - Ain
  • Saint-Bernard - Ain
  • Saint-Bernard - Ain
  • Saint-Bernard - Ain
  • Saint-Bernard - Ain
  • Saint-Bernard - Ain

Accueil du site > Pages Annexes > évolution de la Lône

évolution de la Lône

L’évolution de la lône , aménagement écologique.

La restauration de la lône, opération du Contrat de Vallée Inondable de la Saône, fut menée en 2007 et 2008, dans le but de protéger ce milieu naturel, et de diversifier le lit mineur de la Saône en créant des annexes fluviales. La lône se trouve en rive gauche entre les P.K. 35 et 35.6, ancien bras mort de la Saône, et a été aménagé afin de créer et restaurer les conditions favorables pour une frayère piscicole.

La lône en hiver

Les tractopelles ont creusé, ouvrant une zone en eau connectée en permanence avec la Saône et façonnant des pentes adaptées à une végétation diversifiée. Les tronçonneuses ont coupé sélectivement arbres et arbustes afin de laisser pénétrer la lumière. Un suivi, assuré par les Fédérations de Pêche du Rhône et de l’Ain, permet d’identifier d’éventuels dysfonctionnements. Trois ans après, ce lieu est devenu un milieu naturel calme et paisible aux yeux du promeneur, qui n’imagine peut-être pas la riche biodiversité présente.

Avec des hauteurs d’eau variables, de 10cm à 100cm, de nombreuses espèces de végétaux aquatiques se sont installées. Le jaune des nénuphars et les iris d’eau illuminent ce coin, mais la redoutable renouée de japon, plante invasive, s’y plait aussi sur les berges .Pour éviter un assèchement du site, il est nécessaire de réaliser un entretien de la végétation terrestre, en fauchant tardivement sans perturber les pontes de certaines espèces d’oiseaux. Quelques observations de terrain réalisées indiquent la présence du faucon hobereau, héron cendré, bergeronnette grise, de nombreux passereaux et le martin pêcheur. Quelle joie d’apercevoir cet oiseau avec son plumage turquoise, orange et argenté ! Plus haut, dans les cimes des saules les loriots venus d’Afrique, signalent leur présence par un chant mélodieux unique.

Au niveau des poissons, un grand nombre d’espèces utilisent la végétation aquatique pour se reproduire et les eaux calmes et riches pour se nourrir .Parmi les espèces on compte la carpe, l’ablette, le gardon, le rotengle, la brème et le goujon. Le sandre et la perche sont souvent observés car les jeunes poissons constituent des proies de choix. Deux espèces d’écrevisses sont présentes, originaires du continent américain. L’écrevisse de Louisiane est arrivée depuis peu, rivalisant avec l’écrevisse américaine, présente dans la Saône depuis longtemps.

La lône se comble naturellement sur la partie aval, et malheureusement un rejet d’eau pluviale accélère les dépôts vers l’entrée de la lône. Les vagues des bateaux sont également un problème, en érodant les berges et arrachant la végétation, et c’est pour cette raison que des aménagements visant à casser les vagues des bateaux dans la Saône, sont en cours de réflexion.

La prochaine fois que vous vous promenez sur le chemin de halage, arrêtez-vous à la lône, écoutez, observez, admirez ! Vous ne serez pas déçus de cet environnement paisible et vivant à la fois. Respectons-le !

Retour à la page précédente

Separatif2



Site réalisé en SPIP pour l'AMRF