Saint-Bernard - Ain

logo du site
  • Saint-Bernard - Ain
  • Saint-Bernard - Ain
  • Saint-Bernard - Ain
  • Saint-Bernard - Ain
  • Saint-Bernard - Ain
  • Saint-Bernard - Ain
  • Saint-Bernard - Ain
  • Saint-Bernard - Ain
  • Saint-Bernard - Ain
  • Saint-Bernard - Ain
  • Saint-Bernard - Ain
  • Saint-Bernard - Ain
  • Saint-Bernard - Ain
  • Saint-Bernard - Ain
  • Saint-Bernard - Ain
  • Saint-Bernard - Ain
  • Saint-Bernard - Ain
  • Saint-Bernard - Ain
  • Saint-Bernard - Ain
  • Saint-Bernard - Ain
  • Saint-Bernard - Ain
  • Saint-Bernard - Ain
  • Saint-Bernard - Ain

Accueil du site > Pages Annexes > Mille et une vis

Mille et une vis

Où tout commence comme suit :

« Eté 1977.C’est dimanche, il fait beau. Et le Maire qui passe par là ne se doute pas que la conversation qu’il aura dans quelques minutes avec un groupe de jeunes gens va l’entraîner, ainsi que quelques Spinosiens bénévoles, dans une entreprise dont ils perçoivent tout juste le terme aujourd’hui »

C’est ainsi que le SBI N° 8 de 1979, il y a donc trente ans introduit l’aventure : " Les mille et une vis ou l’épopée du Mille Club…"

Petit rappel historique :

« Dans les années 1960, les équipements censés accueillir les jeunes sont des lieux polyvalents : service médical, services sociaux avec des permanences d’assistantes sociales, activités artistiques, culturelles et de loisirs. Leur objectif est clairement annoncé de favoriser la socialisation des individus comme le précise une circulaire ministérielle du 30 janvier 1961 du ministère de la Population. Il n’ y a donc pas de politique spécifiquement adaptée aux jeunes mais une politique destinée à les inclure dans une dynamique collective.

Progressivement cependant, émerge dans la classe politique l’idée de dédier des lieux spécifiques aux jeunes : ce sont dès les années 1965-1966 les clubs des jeunes et des maisons de jeunes. Il s’agit de proposer, sous la responsabilité d’un adulte, des loisirs censés occuper les jeunes tout en développant leur autonomie.

Cela est complété dès 1966 par un autre dispositif : le ministre de la Jeunesse et des Sports, François Missoffe, veut mener une véritable politique de la jeunesse. Il lance une consultation nationale auprès de celle-ci qui aboutit à la rédaction d’un Livre Blanc, puis un programme de construction d’équipements socio-éducatifs conçus sur le modèle industriel de la préfabrication, les mille clubs à destination des jeunes qualifiés par le ministre d’ « inorganisés ». De 1968 à 1972, plus de 1000 structures sont construites sur le même plan (une salle polyvalente avec bar, salles diverses pour les bibliothèques, la télévision et activités diverses, bureau de l’animateur chargé de coordonner l’ensemble). »

C’est ainsi que le programme Mille Club fût initié pour Mille communes.

La commune s’engageait à : fournir le terrain et aménager les extérieurs, réaliser les fondations et les différents branchements, construire l’ensemble, équiper le club en mobilier et matériel éducatif, assurer l’entretien du bâtiment et ses réparations.

A Saint-Bernard tout s’enchaine entre 1977 et 1979 dans le dossier publié alors et réédité ci-dessous.

Il est intéressant et instructif de noter comment quelques dizaines de bénévoles Spinosiens ont su relever le défi avec solidarité dans notre village qui ne comptait pas encore 750 habitants.

Lire, relire, télécharger le SBI N°8 de 1979...en un clic

PDF - 556.6 ko
SBI N°8

1979-2009 Mille Club

Retour à la page précédente

Separatif2



Site réalisé en SPIP pour l'AMRF